dimanche 20 septembre 2015

Veille médiatique de Richard

Rue69strasbourg.com - Pénurie des enseignants en classes bilingues : 
http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2015/09/17/societe/penuries-denseignants-en-allemand-dans-les-classes-bilingues/ 


Et lu dans les DNA :

Village-Neuf - Maternelle Lina Ritter et primaire Vauban Des classes bilingues en panne d’enseignants germanophones

Depuis la rentrée scolaire, des élèves de classes bilingues inscrits à la maternelle Lina Ritter et à la primaire Vauban se retrouvent sans enseignement en allemand. Face à cette situation « intolérable qui pénalise ces enfants », des parents d’élèves montent au créneau et demandent à l’académie de trouver « une solution au plus vite. »


La politique régionale axée sur le développement du bilinguisme dans les écoles alsaciennes est loin d’être mise en place. Surtout lorsque les enseignants germanophones manquent à l’appel, et qu’il est extrêmement compliqué – visiblement – d’en recruter.
Preuve en est notamment à la maternelle Lina Ritter et à la primaire Vauban de Village-Neuf où depuis la rentrée, une soixantaine d’enfants de la maternelle et autant en primaire sont «privés» de cours en allemand.

« Il y a urgence »

Face à cette situation jugée à la fois « inquiétante et intolérable » par les parents d’élèves, ces derniers ont décidé d’interpeller l’inspectrice de la circonscription de Saint-Louis, Isabelle Schaeffer, et la directrice académique des services de l’Education nationale du Haut-Rhin, Maryse Savouret, pour réclamer des nominations d’enseignants germanophones « avant la fin du mois de septembre, parce qu’il y a urgence. »
Dans un courrier adressé à Maryse Savouret, et un autre à Isabelle Schaeffer, Jérôme Giovannoni, indique que « deux classes de la maternelle sont concernées par ce problème, soit une soixantaine d’enfants. » Dont son fils, Tristan, scolarisé en grande section maternelle bilingue, et « privé d’enseignement en allemand depuis la rentrée. » « L’enseignante titulaire est en arrêt maladie, explique ce dernier, et celle qui la remplace fait au mieux mais elle n’est pas qualifiée pour assurer la partie germanophone du cursus bilingue. » Elle est francophone. Un sérieux handicap pour des écoliers inscrits spécifiquement en classe bilingue pour pratiquer... l’allemand.
Visiblement marqué par la malchance en ce début d’année, Jérôme Giovannoni a aussi une fille scolarisée en CM2 bilingue à Vauban « qui se retrouve dans une situation comparable. »
« L’enseignante allemande n’a tenu que le premier jour de la rentrée… avant de s’apercevoir qu’elle n’était pas faite pour enseigner en classe bilingue », confie ce dernier très inquiet pour ces enfants. Conséquence : « Sa remplaçante est francophone, fait preuve de bonne volonté et essaie de maintenir un contact avec l’allemand par l’intermédiaire de chansons. » Une solution “a minima” nettement insuffisante pour de futurs collégiens qui « se retrouvent fortement pénalisés. » « Les quelque trente élèves de la classe de CM1/CM2 sont dans une situation extrêmement préoccupante », assure encore Jérôme Giovannoni.
De son côté, l’inspectrice de l’Éducation nationale sur la circonscription de Saint-Louis, Isabelle Schaeffer, reconnaît « la difficulté à recruter des enseignants sur ces postes ». « Ces élèves reçoivent un enseignement (ndlr : en français) mais il n’est pas fait en allemand », explique cette dernière qui dit être « consciente du problème et comprendre l’inquiétude des parents.» Ajoutant : « Je ne peux pas dire quand cette situation va être réglée mais on y travaille tous les jours. »

Difficile de trouver

les compétences

Lorsqu’on sait que le bilinguisme concerne environ 30 % des maternelles et 25 % des élémentaires « dans notre circonscription géographique », preuve en est que les besoins de professeurs germanophones sont réels. Et indispensables.
Mais force est de constater que les moyens sont quasi-nuls car « il est très difficile de recruter des enseignants en Allemand », confie par ailleurs Isabelle Schaeffer. Ceux qui le sont, selon Jérôme Giovannoni, « sont souvent contractuels, et le salaire français est loin d’être attractif. » « Comment voulez-vous les motiver », interroge-t-il alors.
En attendant, selon Isabelle Schaeffer, un enseignant germanophone « devrait arriver la semaine prochaine à la maternelle ». Restera donc à résoudre le manque d’enseignant d’allemand dans une classe.
Concernant la primaire, un professeur d’allemand a fait sa rentrée ces derniers jours pour le CM1. Reste à trouver un enseignant germanophone pour la classe CM1/CM2. Un casse-tête visiblement.
Promouvoir le cursus bilingue est une bonne chose, encore faut-il que les moyens humains et les compétences, suivent. A Village-Neuf, ce sont les écoliers qui trinquent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire